Refus prudent et anticipé d’Ecolo WB

Les gens qui ont voté Ecolo dimanche ont le droit de savoir que deux jours avant le jour de l’élection, nous recevions un mail d’une candidate nous reprochant “chronologiquement” et avec véhémence, certains faits de campagne (pour lesquels nous pouvons répondre), indiquant (avec des membres du parti en copie cachée, nous l’avons su après):

“Si avant même d’être au pouvoir, Nosvotes se pare des ses pires atours, il me semble difficile d’envisager quelle que collaboration que ce soit, même si l’urgence appellerait à l’union”.

Si chacun a son mot à dire sur la façon dont on peut faire campagne, on ne peut pas dire que nous avons été des salauds, ou incohérents avec nos idées, que vous soyez ou non d’accord avec celles-ci. Nous avons parfois joué le jeu de l’absurde, poussé les contradictions à leur limite, mais rien, non rien, ne permettait, au nom des électeurs, de refuser une possible union, émanant du parti sans aucune consultation des électeurs, avant même qu’ils ne votent. Cette intransigeance à notre égard est lourde de sens quand on voit la tolérance à l’égard d’un parti comme le MR, écocidaire, favorisant les grosses fortunes et bafouant le bien commun.

Par ailleurs, nos contacts nous indiquent qu’un autre parti maintenant dans l’opposition a tenté de joindre Olivier Deleuze dimanche mais que celui-ci n’a jamais décroché. Il semble très probable que les coalitions étaient déjà faites et que devant l’inconnu quant au score de Nosvotes, le parti Ecolo s’est prémuni contre une possible coalition avec une liste réellement écologiste, avançant “nos pires atours”. CQFD.

Pour “l’urgence”, on repassera…

Leave a Reply